• Bras de fer, Jerôme Bourgine

    Bras de fer, Jerôme Bourgine

     

        4ème de couverture : De part et d'autre du bras de fer, il y a le fils et le père.

     

    Le fils, Julian. 18 ans, champion de natation et amoureux de Leila.

     Le père, Louis. Ouvrier syndicaliste, mutique, forgé dans l'acier.

     

    Et puis il y a l'accident de moto.

    Fini la natation, fini la "vie normale", fini aussi les bras de fer avec le père.

    Julian a tout perdu, croit-il.

    Tout sauf Leila.

     

        Mon avis : C'est d'abord cette 4ème qui m'a intriguée quand j'ai aperçu ce LV sur Dark Ambiance. Puis ensuite la couverture. Les deux annoncent une histoire compliquée et dure. Je partais donc déjà avec un petit à priori. Et je ne suis pas déçue de ce côté là !! Le livre tient ses promesses.

    Dès les premiers mots, nous sommes balancés dans le monde de Julian, le regard froid de son père, son amour réciproque avec Leila et le drame du lycée : le suicide de Moineau. Donc dès les 3 premiers courts chapitres, nous pressentons que tout ne sera pas rose dans ce livre. Et cette impression se vérifie rapidement. C'est le soir de son dix-huitième anniversaire, après un accrochage avec son père et sa défaite au bras de fer que Julian perd un bras dans un accident de moto. Il est ressort bien évidemment bouleversé, transformé... Il se détache peu à peu de tout et s'enfonce de plus en plus bas. Je ne peux pas en dire plus sans spoiler et ce serait vraiment dommage car ce qui fait le centre de cette histoire est vraiment bien amené et ne pas savoir de quoi il s'agit avant d'y arriver est super !

    Mais il y a une phrase assez récurrente du bouquin qui résume bien toute l'histoire au final : On n'arrête pas une bille de plomb à mi-hauteur de la baignoire. Autrement dit, ça ne sert à rien d'essayer de remonter quelqu'un tant que celui-ci n'a pas touché le fond... Et c'est ce que l'on découvre en lisant ce livre à travers des épisodes malheureusement de plus en plus courants je crois bien. J'ai beaucoup découvrir ça et surtout l'intensité avec laquelle les évènements nous sont contés. Les phrases sont simples, courtes et par conséquents très entraînante, on ne se lasse jamais et on peut difficilement lâcher le bouquin.

    Son autre point fort réside dans les personnages qui sont bien approfondis et à qui l'ont s'attache très facilement ou qu'au contraire, on rejette très vite. Jerôme Bourgine les explore jusqu'au bout et nous donne envie de les épauler, que ce soit Leila, Julian ou Louis. On a droit à leurs sentiments, leurs ressentis, leurs peurs et leurs envies... Le seul bémol est pour Kurt, qui reste un personnage difficile à cerner et en un mot : bizarre. Même son rôle n'est pas très clair, ou du moins jusqu'aux derniers chapitres.

     Un autre détail m'a chiffonné. Le titre est Bras de fer mais on ne trouve cette idée qu'au début et à la fin de l'histoire. Au début, ce duel entre le père et le fils est abordé très très rapidement, beaucoup trop à mon avis. Et à la fin, c'est aussi assez rapide, même si il clôt superbement l'histoire et y met un point final majestueux. En gros, j'ai trouvé que ce concept de dualité entre les deux hommes n'est pas assez exploité et se laisse devancer par l'autre sujet du livre.

    En lisant d'autres avis, je me rend compte que beaucoup parlent du handicap comme un des deux sujets principaux de l'histoire. Je suis bien d'accord qu'il est un peu la cause de tout mais je ne l'ai pas trouvé si important ou en tout cas si présent que ça enfait.

    Mais au final, j'ai quand même passé un très bon moment avec ce bouquin plein d'émotions et je vous invite à le découvrir !!

    Merci beaucoup à Dark Ambiance et aux éditions Sarbacane pour ce LV ! 

     

    Editeur : Sarbacane

    Parution française : 2012

    Nb de pages : 302

    Prix : 16 €

    « Joyeux noël !!!!Xpresso #5 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :